Navigation – Plan du site
Articles

Structures de la recherche : le centre de Jülich (FZJ) sur la voie de la réforme

Marie-Hélène Pautrat
p. 19-24

Résumé

Le gouvernement Schröder a fait de la politique de recherche une priorité : il s’agit de conforter la place de l’Allemagne dans la recherche interna­tionale et surtout de renforcer le système d’innovation, garant de la compétitivité du pays. Ex­cellence scientifique, concentration des efforts sur des domaines jugés stra­té­giques et sur des secteurs technologiques-clefs constituent les principaux axes de cette stratégie. Cette politique encourage également l’organisation en réseau et le renforcement des liens entre organismes de recherche, ensei­gne­ment supérieur et milieux économiques. Dans un système caractérisé par une forte diversité institutionnelle, il revient aux différents acteurs de mettre en pra­tique, chacun à sa manière, ces principes directeurs. La réforme conduite de­puis 2001 dans les centres Helmholtz, à l’exemple ici du Forschungszentrum Jülich (FZJ), s’inscrit directement dans cette ambition politique de moderniser le système de recherche. Mais le FZJ n’est pas seulement le plus grand centre in­terdisciplinaire de recherche en Allemagne. Sa longue expérience de partici­pa­tion à des réseaux et programmes nationaux et internationaux en fait également un maillon im­portant de la recherche européenne.

Haut de page

Texte intégral

Un des principaux centres de la communauté Helmholtz

1Fondé en 1956, le Forschungszentrum Jülich GmbH est un des quinze centres constituant l’association Hermann Helmholtz (Helm­holtz-Gemeinschaft Deut­scher Forschungszentren e.V., HGF), la princi­pale organisation de recherche en Allemagne. Il en est également l’un des plus impor­tants avec 4 350 salariés (1 280 chercheurs, 350 doctorants) et un budget de 360 millions € en 2003. Le Bund et le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie (NRW) détiennent respec­ti­vement 90 % et 10 % de son capital (211,291 mil­lions €). Le FZJ est composé de 37 instituts organisés en 12 dé­partements, de 4 départements centraux, de 2 groupes de projets et héberge 2 en­tités de management de projets largement autonomes (Projektträger) En 2003, le centre comptait à son actif 1 662 publi­cations scientifiques, a organisé une cin­quantaine de rencontres scienti­fiques et détenait des droits pour 8 705 brevets, demandes de brevets ou modèles dépo­sés (1,9 million € en 2003).

La Helmholtz-Gemeinschaft Deutscher Forschungszentren e.V. (HGF)
Créée en 1995 pour suc­céder à la Arbeitsgemeinschaft der Groβforschungseinrichtungen, la HGF constitue l’un des quatre pil­iers de l’organisation de la recherche publique allemande (budget 2003 : 2,2 milliards € ; 24 000 salariés). Elle regroupe aujourd’hui 15 centres, fondés pour la plupart dans les années 1950 et 1960. De forme juridique variable (fon­dation, SARL, association, etc.), ils sont financés par les pouvoirs publics (Bund et Länder) mais autonomes dans leur gestion. Leur mission est de réaliser une recherche publique à moyen et long terme, entretenant un certain équilibre entre recherche fondamentale, recherche dite « de pré­voyance » car touchant à des domaines d’intérêt public priori­taires (climat, environnement, santé) et, dans certains champs de recherche, applications à un stade préindustriel. Les recherches me­nées dans les centres Helmholtz ont ainsi pour mission de résoudre des problèmes complexes qui mo­bi­lisent des moyens impor­tants en termes financiers, de compétences scientifiques et d’équipement (ces centres cons­truisent et gèrent les très grands instruments) et appellent par nature des coopérations interdisciplinaires.

FZJ : des recherches pluridisciplinaires reconnues

2Le FZJ jouit d’une recon­naissance inter­nationale forte comme en atteste le nombre élevé de chercheurs étrangers accueillis (800 en 2003, d’une cin­quan­taine de nationa­lités), Il est par ailleurs le plus grand centre inderdisciplinaire alle­mand de recherche fondamentale et appliquée, dans les domaines sui­vants :

3● structure de la matière : physique des surfaces, matériaux hybrides multifonctionnels, nano­sciences, électronique moléculaire, physique de la matière condensée, physique nuclé­aire… (dépenses 2004 : 93 millions €) ;

4● énergie : technologies de conversion de l’énergie, photovoltaïque, physique des plasmas, déve­loppement de matériaux pour les piles à combustible, fusion nucléaire, sécurité nuclé­aire, tech­no­logie des réacteurs… (53 millions €) ;

5● technologies-clés : supercalculateurs, électronique nucléaire… (46 millions €) ;

6● environnement : recherches sur eaux, airs, sols, plantes au sein de l’Institut chimie et dyna­mique de la géosphère (32 millions €) ;

7● sciences du vivant : recherches sur le cerveau et le cœur, chimie des radionucléides, bio­lo­gie structurale et signalisation cellulaire (22 millions €), biotechnologies (7 millions €).

Une grande richesse en infrastructures et équipements

8Il faut dire que le FZJ dispose, aux côtés d’un fort potentiel scientifique, de con­ditions expérimentales particulièrement favorables : un synchrotron à protons de 2,5 GeV, 4 cyclotrons, un réacteur nucléaire à neutrons, un réacteur à fusion nucléaire, une chambre de simulation atmosphérique, l’Institut John von Neu­mann for Computing (simulation par ordinateur) et, depuis juillet 2004, un tomo­graphe à résonance magnétique 4-TESLA et un super-calculateur d’une capaci­té de 8,9 Téraflops. Le centre de Jülich abrite également l’Institut d’enzymologie de l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, ainsi qu’une partie des installa­tions de médecine nucléaire du CHU de Düsseldorf, qui bénéficient ainsi de la proximité des équipements et du potentiel scientifiques.

Réorganisation des structures institutionnelles de la recherche : l’exemple des centres Helmholtz

Le débat récurrent au cours des années 1990 sur une meilleure allocation des financements pu­blics, en parti­cu­lier pour les grands organismes de recherche parfois accusés d’immobilisme, de même que les recomman­da­tions du Conseil des Sciences (Wissenschaftsrat) constatant un fort cloisonnement entre les centres Helm­holtz, ont finalement abouti à une ré­forme straté­gique en­gagée à l’au­tomne 2001. Elle consacre l’abandon d’un mode de finance­ment institution­nel au profit d’un fi­nancement pluri­annuel (5 ans en règle générale) sur des thématiques de re­cherche (programm­orien­tierte Förde­rung).

Les lignes directrices (priorités thématiques, cadre financier, principes généraux d’évaluation, éventuellement aussi objec­tifs et critères d’évaluation) sont élaborées par le Bund et les Länder réunis au sein d’un Comité des financeurs, sur la base d’é­changes avec les milieux scientifiques, économiques, le Sénat de la HGF et les centres. Six domaines prioritaires (Santé ; Transports, aéro­nautique et espace ; Energie ; Terre et environne­ment ; Struc­ture des matériaux ; Tech­nologies-clefs), décli­nés en 30 programmes de recherche, ont ainsi été définis. Les équipes de recherche sont ap­pelées à pré­senter des projets soumis à l’évaluation préalable d’une commis­sion d’experts in­ternationaux externes à la HGF. Cette évaluation, qui s’est échelonnée entre 2002 et 2004, est fonction de trois critères : la qualité scientifique, la pertinence stratégique et l’adéquation entre objec­tifs et moyens mobilisés. Elle est censée attester la qualité des équipes et per­mettre un meilleur positionne­ment des centres dans la recherche allemande et euro­péenne. Elle dé­bouche sur des re­commandations con­crètes de finan­ce­ment pour la durée des programmes, soumises aux organismes financeurs (et sous réserve du vote du budget au parlement). Ce mode de financement concerne dès 2005 l’ensemble des six domaines.

L’objectif visé par cette réforme est de mieux exploiter l’énorme potentiel scientifique des centres par une com­binaison de coopération renforcée entre instituts souvent très spécialisés et de con­cur­rence entre centres et programmes pour l’ob­tention des financements. Avec la concentration des moyens sur certaines activi­tés de recherche, chaque centre Helm­holtz est ainsi appelé à confirmer sa spécialisation.

Ces nouvelles modalités de financement ont suscité initialement un certain scepticisme au sein des centres. S’il est admis généralement que la division en programmes aide les organismes financeurs à gar­der une meil­leure visibilité sur l’utilisation des moyens alloués, on sait aussi que la réduction du financement institutionnel au profit des programmes est une mesure fortement structurante et qui bénéficie à certaines priorités de re­cherche. Mais les expériences dans les labo­ra­toires depuis 2003 semblent aller dans le sens d’une plus forte trans­pa­rence du financement, de liens resser­rés entre centres, et contribuent finalement à évacuer certaines craintes. Les bons résultats des évaluations ont par ail­leurs donné une publi­cité favorable à des institutions qui avaient dû subir des critiques récurrentes en rai­son de leur statut de grands organismes publics. Enfin, la mise en œuvre de la réforme s’est accompagnée de deux signaux forts destinés à calmer l’inquiétude des scientifiques. Les centres peuvent aujourd’hui disposer librement d’une enveloppe fi­nancière équivalant à 20 % du montant des financements accordés sur programme, qui doit laisser les équipes libres de développer de nou­velles thématiques. Par ailleurs, un suivi régulier de la structure de l’emploi doit permettre d’ana­lyser l’im­pact du nou­veau mode de financement sur l’équilibre entre emplois fixes et contrats limités à la durée des pro­grammes.

Reste la question, encore ouverte, de l’évaluation des programmes se­lon une procédure de con­trolling com­plexe : et beau­coup de pointer les difficultés d’une procédure de contrôle ex post reposant sur des indicateurs définis d’après une stratégie ex ante.

Un financement en cours de réforme

9Le financement de base est traditionnellement assuré par le Bund et le Land de NRW (247,08 millions € en 2003), auquel s’ajoutent les revenus issus de con­trats de recherche et de ressources di­verses. Le Land finance par ailleurs à lui seul l’intégralité des recherches sur les bio­technolo­gies. Des mesures excep­tionnelles de régulation budgétaire ont particulièrement affecté le FZJ en 2003, alors même que le financement institutionnel basculait progressivement vers un financement par projets présentés par les équipes dans le cadre de priorités thématiques et soumis à une évaluation ex ante. Mais l’Etat fédéral s’est entre temps déclaré prêt à accorder aux organismes scientifiques des garanties de fi­nancement jusqu’en 2010, selon des modalités qui restent encore à préciser : une hausse globale au moins égale à 3 % par an (à ventiler entre domaines de recherche) reste donc envisagée, en dépit des efforts de consolidation budgé­taire, dans le cadre d’un « Pacte pour la recherche et l’innovation ». En contre­partie, les organismes devront accepter de nouvelles mesures destinées à at­tester de l’efficacité et la qualité de leurs travaux.

Une expertise favorable des travaux menés au FZJ

10Pour le FZJ, les résultats globalement très positifs des expertises ont été géné­ralement per­çus comme une confirmation des orientations et choix thématiques du centre. Une hausse sensible de crédits est ainsi annoncée jusqu’en 2008 pour les pro­grammes des domaines Terre et envi­ron­nement et Energie, alors que dans le même temps, la stagnation déjà programmée des budgets dans certains do­maines comme la fusion et la sécurité nuclé­aires a été confirmée, contraignant les équipes concernées à redéfinir les priorités de leur activité. Le passage au nouveau mode de financement n’a donc pour l’heure pas conduit à un chan­ge­ment de cap majeur dans ce centre à forte orientation interdisci­pli­naire. Pour le FZJ, on peut donc davantage parler d’une réforme dans la con­ti­nuité, même si l’expertise a mis en exergue quelques correctifs à apporter, comme la nécessité de concrétiser davantage encore la coopération entre centres Helmholtz. Au-delà, la mise en œuvre de la réforme constitue néan­moins en interne un en­jeu organisationnel puisque le nouveau mode de finan­cement implique une modifi­cation des procédures administratives et un fort investissement en temps : nou­velles procédures budgétaires, rédaction de compte rendus d’avancement des pro­grammes à transmettre au Sénat de la HGF, etc.

L’expérience d’une activité scientifique en réseau

11Conformément à l’objectif politique d’une meilleure cohérence et complémenta­rité au sein du système de recherche, un des principaux enjeux de la réforme de la HGF est d’accroître la coopération entre organismes scientifiques et, en premier lieu, avec les universités. Désireux de tirer profit au mieux de son po­tentiel scientifique (voir REA 62/03), le Land de NRW confirme cette priorité et encou­rage la constitution d’équipes de recherche capables d’ac­céder à un ni­veau de reconnaissance internationale par la constitution de réseaux coordon­nant au mieux les capacités de recherche. Ce principe n’est pas nouveau pour le FZJ qui, depuis sa création, multiplie avec les universités des collaborations, dont la plupart se cristallisent autour de l’utilisation des grands instruments (le site www.fz-juelich.de reprend les nombreux projets en cours). Entretenant des liens directs avec 360 établissements universitaires en Allemagne et à l’étran­ger, le centre de Jülich se présente dès lors comme une plateforme de compé­tences rapprochant universités et équipes extra-universitaires. En 2003, le mon­tant des prestations de recherche effectuées pour le compte du FZJ dans des établissements universitaires (allemands ou à l’étranger) a ainsi franchi les 3 millions €. Le FZJ participe par ailleurs à de nombreux programmes de co­opération scientifique financés par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (no­tamment dans 11 unités de recherche spécialisée : Sonderforschungsbereiche, en NRW). Il est présent dans plusieurs centres régionaux et réseaux nationaux de compétences, qui organisent la coopération entre acteurs dans des do­maines stratégiques, en tant que membre ou coordonnateur, comme dans le cas du réseau Kompetenznetzwerk Brennstoffzelle NRW (voir la plateforme www.kompetenznetze.de, depuis peu en français). Par ailleurs, la création de 13 instituts virtuels par le FZJ, financés par un fonds spécifique de la prési­dence de la HGF, constitue une nouvelle forme de coopération avec les uni­versités, souple et à dimension variable, susceptible de mutualiser des com­pé­tences sur des objets de recherche complexes et souvent très spécifiques.

Une implication renforcée dans la formation scientifique

12En dépit de ces formes multiples de coopération institutionnelle, le système scientifique allemand continue de souffrir, selon de nombreux observateurs, d’une trop forte étanchéité entre contenus de l’enseignement universitaire et re­cherche de pointe menée au sein des grands organismes. La HGF invite donc les centres à contribuer plus activement à la qualité de la formation scientifique, par exemple en favorisant les doubles nomina­tions de professeurs. Cette pra­tique, peu systématique en Allemagne (en dehors des Instituts Max-Planck), est pourtant répandue depuis les années 1960 au sein du FZJ, qui fait ici figure de pionnier. Aujourd’hui, le centre compte une quarantaine de professeurs d’uni­versité y dirigeant simultanément un institut de recherche, et c’est globalement un cinquième des scientifiques de Jülich qui exerce une activité d’enseignement dans une trentaine d’établissements du supérieur. Dans le domaine de la for­mation des jeunes chercheurs, la coopération avec les universités devrait par ailleurs prendre une dimension nouvelle avec l’accord conclu en juillet 2004 entre les présidents de la Conférence des présidents d’université et la HGF : comités de soutenance mixtes et collèges doctoraux conjoints viendront s’a­jou­ter aux unités de recherche spécialisée et aux groupes communs de jeunes chercheurs (Helmholtz-Hochschul­nachwuchsgruppen) déjà en place.

Des liens suivis avec les milieux économiques

13Caractéristiques du système scientifique allemand, les liens entretenus entre institutions productrices de savoir et entreprises (y compris les PME) fonc­tionnent traditionnellement de manière satisfaisante. Les centres Helmholtz, no­tamment depuis leur réforme, ont toutefois vocation à renforcer les liens entre recherche et développement technologique, en particulier dans des domaines complexes, aux perspectives de développement encore incertaines ou mobili­sant des moyens importants. Priorité gouvernementale absolue, l’innovation dans l’industrie et, in fine, la compétitivité du pays, passe en effet par le déve­loppement de nouvelles technologies susceptibles d’aboutir à de nouveaux marchés, et les grands centres publics sont appelés à jouer un rôle majeur dans le développement de do­maines (comme les sciences de la matière à Jü­lich) ou technologies-clefs. Les infrastructures scientifiques de haut niveau servent dès lors de moteur pour le dévelop­pement technologique et ouvrent la voie à des coopérations indus­trielles.

Du partenariat à la valorisation

14Le bureau de transfert de technologie du FZJ recense ainsi environ 2 700 par­tenariats en 30 ans, qu’il s’agisse de contrats industriels, services et coopé­ra­tions de R&D, ou encore de licences de brevets, plus particulièrement dans les domaines de la photo­voltaïque, de l’énergie, des biotechnologies ou des com­posants. Les entreprises Bayer AG, Degussa-Hüls, DSM Biotech GmbH, RWE Solar GmbH, Siemens AG ou encore Philips et Osram, figurent parmi les princi­paux partenaires du centre. Une centaine de demandes de brevet en moyenne est déposée chaque année par le FZJ, et les exemples de valorisation sont nombreux ; en 2003 par exemple, un contrat de licence a été conclu avec la so­ciété Berlin Heart AG pour un procédé inédit de pompes car­diaques avec rotor magnétique. L’activité de transfert tend d’ailleurs à être sys­tématisée avec plu­sieurs initiatives de l’association Helmholtz pour donner une meilleure visibilité aux résultats des recherches : création d’un guichet unique (One Stop Shop Ascenion) qui valorise les résultats en sciences du vivant, ouverture d’une banque de données des résultats scientifiques (www.helmholtz-experten.de) ou encore nouveaux modèles de partenariat industriel. Le FZJ propose égale­ment des initiatives spécifiques, comme la création d’un « Centre de formation et de démonstration sur les piles à combustibles », soutenu par le BMWA et le Land de NRW, en liaison avec les chambres de commerce et d’industrie et des fédé­rations professionnelles : l’objectif est d’aider à diffuser auprès des entreprises un savoir théorique et pratique et à contribuer à la qualification de personnels (techniciens, ingénieurs) qui facili­teront l’implantation de cette technologie sur les marchés.

Un partenaire important de la coopération internationale

15Mais les grands centres Helmholtz, et plus particulièrement le centre de Jülich, ont aussi la fonction de servir de point d’an­crage pour la participation allemande à des programmes internationaux. Des coopérations régulières sont menées avec près de 500 partenaires internationaux en Europe, aux USA, en Russie et en Chine, permettant au FZJ de revendiquer un rôle intégrateur par ses compé­tences en ingénierie de projet et sa capacité à fédérer des par­tenaires de re­cherche et des industriels autour de programmes complexes. Le FZJ peut ainsi faire valoir de multiples participations à des projets européens, et plu­sieurs co­ordinations, comme le projet intégré REAL SOFC (pile à combustible) ou le ré­seau d’excellence Soft Matter Composites dans le cadre du 6e PCRD. En 2003, 149 projets européens étaient en cours (soit 10,3 millions € par an) et 163 ont été déposés avec un taux de succès supérieur à la moyenne europé­enne. Le FZJ est par ailleurs un des huit partenaires du nouveau projet euro­péen DEISA piloté par l’IDRIS-CNRS (Orsay), dont l’objectif est de créer une super-infra­structure européenne de calcul distribué de très haute performance, reliant entre elles les plateformes de calcul nationales.

Le Projektträger Jülich : une structure sise auprès du FZJ

16Le FZJ, comme 5 autres centres Helmholtz, a la particularité d’héberger le Pro­jektträger Jülich (PTJ). Cette unité autonome au sein du FZJ est un des treize ‘porteurs de projets’ (contre une trentaine il y a quelques années), ces struc­tures qui sont mandatées par les autorités publiques pour les décharger de la gestion administrative et financière des pro­grammes de recherche et technolo­giques. Le PTJ est le deuxième Projektträger en termes d’importance (après celui sis au sein du Centre de recherches aérospatiales PT-DLR), avec 320 col­la­borateurs répartis entre le site de Jülich et les deux antennes de Berlin et Ros­tock. Toutefois, bien que situé au sein du FZJ et alors même que leurs his­toires sont étroitement liées, le PTJ concentre son activité exclusivement sur les de­mandes extérieures et ne gère aucune des participations du centre de re­cherche à des programmes nationaux ou internationaux. Plus récemment créé auprès du FZJ, le Projektträger Energie, Technologie, Nachhaltigkeit (ETN) se consacre pour sa part exclusivement à la gestion de programmes pour le Land de NRW.

Ingénierie de projets et prestations de services

17Le PTJ travaille pour le compte de trois ministères fédéraux (BMBF, BMU, BMWA) et de plusieurs Länder : gestion des programmes de biotechnologies du Bade-Wurtemberg, de tous les programmes du Mecklembourg, du pro­gramme « Neue-Werkstoffe in Bayern », et de certains programmes de soutien à l’inno­vation de NRW. En 30 ans d’existence, le PTJ a ainsi géré plus de 18 000 pro­jets de recherche pour un montant de 10 milliards €. Dans certains domaines (l’énergie en particulier), il propose également une expertise scienti­fique interne (50 % de ses collaborateurs sont des scientifiques) ou externe et contribue à la planification des priorités de recherche, la sélection des projets et à l’évaluation des programmes. Ses champs de compétences et d’expertise re­couvrent les biotechnologies, le développement durable, l’énergie, les maté­riaux ou en­core les recherches sur les milieux polaires, sous-marins et sur les techniques mari­times. Le PTJ est également mandaté pour le pilotage de pro­grammes trans­versaux dans les domaines de la valorisation (initiative EXIST pour la création d’entreprises innovantes issues des universités, programme Verwertungs­offen­sive de mise en place de structures de valorisa­tion chargées de gérer les bre­vets des universités ; programme FUTOUR 2000 pour la créa­tion d’entre­prises technologiques dans les nouveaux Länder), ou du développe­ment éco­nomique basé sur l’innovation (programme InnoRegio pour promou­voir des bas­sins d’in­novation et de croissance dans les Länder orientaux). Enfin, l’an­tenne berli­noise du PTJ fait office également de cellule d’information sur l’en­semble des programmes de soutien du BMBF et assure le relais avec les ges­tionnaires de programmes compétents.

Un acteur fort de la coopération européenne

18La dimension internationale est présente dans de nombreux programmes por­tés par le PTJ, qui représente par ailleurs le gouvernement fédéral auprès de l’Agence interna­tionale de l’énergie. Le PTJ pilote également quelques pro­grammes bilatéraux de l’Allemagne (Australie, Chine, Brésil, Canada, Israël ou Russie), bien que l’essentiel de la coopération bilatérale revienne au PT-DLR. Par ailleurs, le PTJ fait office de point de contact national pour les pro­grammes de recherche relevant de quatre priorités thématiques du 6e PCRD ainsi que dans le cadre des activités de « Soutien aux politiques et anticipation des be­soins scientifiques et technologiques » de l’Union européenne. Le gouverne­ment fédéral a en effet choisi de faire des ‘porteurs de projet’ les points de con­tacts nationaux pour les programmes communautaires : ces structures déjà en place offrent la garantie d’une bonne réactivité aux thématiques de recherche, une grande proximité avec le milieu scientifique et la compétence du suivi de grands pro­jets. Ils favorisent par ailleurs une meilleure articulation entre pro­grammes nationaux de soutien et programmes européens, ainsi qu’une meil­leure intégration des partenaires alle­mands. Le PTJ participe de ce fait à la ges­tion de plusieurs projets européens et, depuis peu, actions ERA-NET, en tant que partenaire ou coordonnateur (projet intégré BRITTA, ac­tion coordonnée Hy-Co ERA NET).

19Élément de la stratégie politique de modernisation des organismes de re­cherche, la réforme en cours des centres Helmholtz s’inscrit elle-même dans une double logique de soutien à l’innovation et à la compétitivité économique des territoires. Cette réforme, qui consacre le passage à un financement de priorités de recherche après évaluation, exige des centres une flexibilité ren­forcée pour réagir aux appels d’offre, et les incite à trouver un équilibre entre compétition pour les financements et coopération dans les activités de re­cherche. Principal centre interdisciplinaire en Allemagne, le centre de recherche de Jülich considère aujourd’hui cette réforme davantage comme la confirmation d’un cap déjà suivi. Il joue en effet de longue date un rôle privilé­gié au sein de réseaux de re­cherche ainsi que dans le couplage des activités entre orga­nismes scientifiques publics et milieux économiques. Au regard de l’objectif prioritaire en Europe de conduire des coopérations scientifiques à large échelle, le FZJ figure dès lors comme un partenaire capable de mobiliser un fort poten­tiel. Il faut dire que le système de recherche allemand peut faire valoir une forte expérience et capacité de management de programmes complexes, que ce soit au sein même des centres de recherche ou au sein des entités autonomes qu’ils hébergent.

Haut de page

Bibliographie

Bundesministerium für Bildung und Forschung (BMBF), Bundesbericht Forschung 2004, et Chance für Deutschland und Europa. Das 6. Forschungsrahmenprogramm (www.bmbf.de)

Forschungszentrum Jülich, Jahresbericht 2003

Forschungszentrum Jülich, Kompetenz für die Zukunft. Einrichtungen der Forschung, Entwicklung und Beratung (www.fz-juelich.de)

Forschungszentrum Jülich, Researchers for Tomorrow. Research Centre Jülich and its cooperations with universities,mars 2004

Helmholtz-Gemeinschaft, Helmholtz-Gemeinschaft 2004. Programme – Zahlen – Fak­ten, et Überblick über die programmorientierte Förderung der Helmholtz-Gemeinschaft (état au 21-05-2003)

Projektträger Jülich, Geschäftsbericht 2003

Technologiefolgenabschätzung – Theorie und Praxis, n° 1, mars 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Pautrat, « Structures de la recherche : le centre de Jülich (FZJ) sur la voie de la réforme », Regards sur l'économie allemande, 70 | 2005, 19-24.

Référence électronique

Marie-Hélène Pautrat, « Structures de la recherche : le centre de Jülich (FZJ) sur la voie de la réforme », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 70 | mars 2005, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rea.revues.org/2013 ; DOI : 10.4000/rea.2013

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Pautrat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page