Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

La reprise, pas à pas

Isabelle Bourgeois
p. 3-4

Texte intégral

1L’an dernier, l’Allemagne a enfin renoué avec la croissance après 3 ans de stagna­tion : le PIB a crû de 1,6 % (en données corrigées de l’effet calendrier). Et elle a été une fois encore ‘championne à l’ex­port’, avec un excé­dent commercial de 156,7 mil­liards €. Mais la publication par Destatis, en fé­vrier 2005, des sta­tis­tiques définitives pour l’année 2004 a révélé que cette embellie s’est con­cen­trée sur le premier se­mestre, le PIB ayant stagné au second. Pourtant, avec une belle cons­tance depuis la fin de l’au­tomne, et alors même que la demande mondiale ralentit légèrement, que les coûts des matières premières et de l’énergie dé­rivent et que l’euro pour­suit son envolée face au dollar, l’optimisme des milieux d’affaires ne cesse de pro­gres­ser. Même les mé­nages, oubliant leur mélancolie face aux tensions sur le mar­ché de l’emploi, semblent reprendre confiance et vou­loir consommer plus.

Baisse des dépenses publiques, hausse des dépenses privées

2Les données de Destatis con­firment en tendance les prévisions formulées à l’au­tomne par les Instituts de con­joncture et le Conseil des Sages : le taux de crois­sance n’est inférieur que de deux dixièmes de points à leurs estimations, suite à un coup de frein plus vif que prévu du PIB qui, après avoir stag­né (0,0 %) au troisième tri­mestre, a reculé de -0,2 % au quatrième. Car si la ba­lance commerciale est restée largement posi­tive, contribuant de 0,5 point de pour­centage au PIB, la demande in­térieure a brus­quement fléchi (-0,8 %) à la fin de l’année : les in­vestissements bruts se sont tassés (+0,2 % seulement, les entreprises pré­férant écouler les stocks ac­cumulés), la consom­mation pu­blique a baissé (-0,7 %), signe de rigueur budgétaire accrue. Sur l’ensemble de l’année, la part des dépenses publiques est tombée (de 5 milliards €) à 47,5 % du PIB, soit presque un retour au niveau de 1991 (47,1 %). Les dé­penses pri­vées ont enre­gistré, elles, une hausse certes légère (+0,2 %), mais elles sont en progression pour la première fois depuis plus de deux ans.

Compétitivité d’une industrie de services intensive en R&D

3Certes, l‘économie allemande reste tirée trop exclusivement par l’export, la de­mande intérieure ne prenant toujours pas le relais. Mais cela traduit aussi le dy­na­misme d’une industrie qui sait résister aux chocs extérieurs. Bien insérée dans le partage mondial du travail, elle tire profit de la glo­bali­sation, localisant ses sites au plus près de la demande pour réduire ses coûts grâce à un subtil équilibre entre les différentiels salarial et fiscal, les impératifs de lo­gis­tique (donc de proximité) et l’op­portunité d’un environnement porteur en termes de R&D. Selon les statis­tiques de l’OCDE (2002) que se plaît à rappeler le gouver­nement fédéral dans son rapport annuel 2005, la part de marché mon­diale de l’Alle­magne dans le segment des biens intensifs en R&D s’élève à 15,6 % ; c’est presque autant que les USA qui figurent en tête avec 17,7 %, et nettement plus que le Japon (12,5 %), le Royaume Uni (7,4 %) ou la France (7,0 %). D’autre part, la production manufacturière au sens strict est intégrée en réseau avec les services en amont (‘biens’ intermé­diaires) et en aval ; selon Destatis, cette industrie de ser­vices contribue pour 30 % à la cré­a­tion de richesse outre-Rhin. Mieux : cette part augmente continûment depuis 1995, où elle n’était encore que de 26,8 %.

Baisse des coûts salariaux horaires, hausse de la productivité

4Ce dynamisme à l’export se répercute sur la production qui, malgré un recul en oc­tobre et novembre, a repris en décembre (+0,9 %). Les investissements bruts en biens d’équipements sont eux aussi en hausse (+0,2 % au quatrième trimestre), ce qui laisse présager la fin de la période de la consolidation amorcée après l’éclate­ment de la bulle spéculative de 2000 et qui s’était traduite par la stag­nation des in­vestissements. Ils reprennent aujourd’hui aussi bien dans le do­maine de la cons­truction (+0,5 %) que dans celui des autres biens (+0,7 %). Mais il s’agit plus pour l’instant d’une moder­nisation que d’une extension des capacités, reflet d’une quête de gains de compétitivité. Quant aux coûts sala­riaux ho­raires, ils ont baissé (-1 %) pour la première fois depuis sept ans, sous le double ef­fet de la modération sala­riale (les salaires nets n’ont augmenté que de +1,5 % en 2004) et de la hausse de la produc­tivité horaire (+0,8 % au dernier tri­mestre 2004 en com­pa­rai­son annuelle). Pour Destatis, cette légère hausse résulte de tendances contradic­toires : le déve­loppement du temps par­tiel a réduit le volume d’heures tra­vaillées, compensé par le nombre plus important de jours ouvrables, mais aussi par une dé­crue des congés maladie et l’accroisse­ment des emplois d’appoint. Or l’effet calendrier pourrait avoir eu un impact bien moindre que la récente, mais pro­fonde, flexibili­sation de l’emploi outre-Rhin, avance pour sa part la Bundesbank.

Face aux mutations de l’emploi, le taux de chômage est-il encore significatif ?

Conformément aux prévisions, le nombre de chômeurs inscrits auprès de l’Agence pour l’emploi a franchi en janvier le seuil des 5 millions. 225 000 anciens bénéfi­ciaires de l’aide sociale sont en effet considérés comme demandeurs d’em­ploi de­puis l’entrée en vigueur de la loi Hartz IV (voir REA 68/04). Néanmoins, la protection chômage étant très géné­reuse outre-Rhin en comparaison des critères de l’OIT (un actif travaillant moins de 15 heures par semaine peut s’ins­crire à l’ANPE), le taux de chômage allemand, tel que le mesure Destatis (cri­tères OIT) et non pas l’Agence de Nurem­berg, s’établit à 9,0 % sur l’ensemble de l’année 2004, soit l’équiva­lent de la France. Dans le cadre de l’harmonisation européenne des statistiques, Desta­tis publiera d’ailleurs, dès le mois de mars, des données mensuelles établies selon les critères de l’OIT, parallèlement aux données ad­ministratives communiquées par Nuremberg. La différence entre les deux s’établit à au moins un demi mil­lion de per­sonnes. La hausse spectaculaire du nombre de chômeurs allemands  en janvier ne reflète au­cune détérioration sensible du marché de l’emploi, seules 40 000 entrées au der­nier trimestre 2004 sont imputables aux difficultés conjoncturelles ou saisonnières, notamment du BTP.

Dans le même temps, le nombre d’actifs occupés a progressé de 261 000 en 2004, selon Destatis (+0,7 %). Alors que l’industrie et, plus encore le BTP, ont continué de réduire leurs effectifs, la progression de l’emploi est particulièrement nette dans le secteur des services aux entreprises (reflet de l’intensification des liens industrie-services) et des services aux personnes, rappelle la Bundesbank dans son rapport de février 2005.

La réalité du marché de l’emploi est complexe : alors que le nombre d’emplois soumis à cotisations sociales a baissé de 300 000 en 2004, le nombre des ‘petits boulots’ a enregistré, lui, une hausse colossale : près d’un million de mini-jobs ont été créés l’an dernier, portant le total à 7 millions ; si on y ajoute les autres formes de menus jobs (voir REA 67/04), le total s’élève à 8,5 mil­lions. Un quart des actifs ainsi occu­pés exerce une activité complémentaire. Et ces emplois aty­piques ne se substituent aux emplois ‘nor­maux’ que dans la res­tauration ou le commerce de détail. On compte en outre 250 000 de ces Ich AGs subvention­nées où le chômeur, en créant son entreprise, crée son propre emploi.

Face à ces manifestations d’une profonde mutation de l’emploi qui tend à remettre en question la notion de l’emploi sou­mis à cotisations sociales : cet ‘emploi normal’ (à temps plein ou partiel) qui sert de référence au concept de chômage, on peut se demander si le taux de chômage est toujours un indicateur adapté pour mesurer l’évolution du marché du tra­vail. L’institut ifo ou la Bun­desbank ont lancé le débat, prônant plutôt la mesure du volume de l’activité : calcul classique du taux d’activité ou comp­tabilisation en équivalent temps plein.

Les ménages ont pris confiance dans les réformes

5La demande intérieure donne des signes de frémissement : les commandes domes­tiques de biens de consommation progressent depuis sep­tembre (+4,6 % en no­vembre et décembre par rapport aux deux mois précédents), une tendance à la­quelle les experts accordent beaucoup plus d’importance qu’à la faiblesse notoire du CA du com­merce de détail qui ne représente, après tout, que 30 % de la con­somma­tion pri­vée. Or cette dernière a progressé au quatrième trimestre. La nou­velle, mais encore ténue, confiance des ménages en l’avenir s’explique peut-être par la baisse de l’im­pôt sur le revenu en 2005, mais ses effets sur le revenu dispo­nible (en pro­gression de 2,1 % en 2004 pour des prix à la consommation en hausse d’autant) se­ront absorbés par l’augmentation du coût de la protection so­ciale, de l’énergie et des taxes sur le tabac. Ce qui fonde le retour de la confiance des mé­nages, c’est bien plus le fait que désormais, la logique de la politique de réformes leur est com­préhen­sible – la pédagogie des réformes semble porter ses fruits. Ils n’en restent pas moins prudents, comme en atteste une légère hausse du taux d’é­pargne (10,9 %), favorisée aussi, il est vrai, par la diffusion de l’épargne retraite.

6Les incertitudes qui demeurent quant à l’ampleur de la croissance à venir peuvent toutes se résumer à une question : celle de la consolidation de la confiance des entreprises comme des ménages. Le climat des affaires mesuré par divers indi­cateurs est au beau fixe ; il se fonde bien sûr sur les perspectives à l’international, mais encore plus sur la flexibilisation en cours du marché de l’emploi comme sur la réalité des réformes (santé, retraites) et projets de réformes (fiscalité des entre­prises) visant à réduire les prélèvements obligatoires. Pour ce qui est des ménages, après plusieurs années d’âpres discussions sur les réformes à suivre, puis la mise en chantier de nombre d’entre elles, ils commencent seulement à retrouver quelque sérénité. Reste aux pouvoirs publics (Bund, Länder, communes) à étayer cette con­fiance en poursuivant la consolidation budgétaire, la réforme du système de protec­tion sociale et de la fiscalité (ménages et entreprises), sans oublier de moderniser le système d’enseignement, de formation et d’innovation, afin de dégager le potentiel de croissance et d’emploi conformément aux objectifs de Lisbonne. Une étape vient d’être franchie : la revalorisation de la valeur travail. C’est peut-être là la principale contribution des lois Hartz à la dynamisation d’un marché de l’emploi qui commence à voir se lever progressivement ses rigidités, avec le concours désormais acquis du syndicalisme allemand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « La reprise, pas à pas », Regards sur l'économie allemande, 70 | 2005, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « La reprise, pas à pas », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 70 | mars 2005, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rea.revues.org/1873

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page