Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Philosophie de la société

STEHR Nico, Die Moralisierung der Märkte. Eine Gesellschaftstheorie
Référence(s) :

STEHR Nico, Die Moralisierung der Märkte. Eine Gesellschaftstheorie, Suhrkamp Taschenbuch Wissenschaft, Suhrkamp Verlag, Francfort/Main, 2007, 380 p.

Texte intégral

1A l’heure où le « capitalisme » se trouve sur la sellette, voici un ouvrage qui permet de remettre les choses en place. L’auteur de cette philosophie de la société de la deuxième moitié du XXe siècle, professeur à l’Université de Friedrichshafen, nous rappelle en effet que, dans le monde industriel, les revenus réels moyens ont quadruplé, voire quintuplé en l’espace de 50 ans. Et que, les biens et services que nous consommons aujourd’hui n’ayant plus rien de comparable avec ceux d’autrefois, nos modes de consommation ont eux aussi profondément changé. Cela n’est pas nouveau. Mais ce dont nous sommes moins conscients, rappelle l’auteur, c’est que notre représentation du « marché » comme de ses modes de fonctionnement n’a, elle, guère varié. Elle plonge toujours ses racines dans un monde où richesse (prospérité) et accès à l’éducation (savoir) n’allaient pas de soi ; un monde fait d’impuissance, de famine et d’analphabétisme. Comment s’explique cette rémanence d’un système de références totalement obsolète ? Plongeons-nous, avec Nico Stehr, dans l’histoire de l’évolution de la dialectique entre morale et marché... (ib)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Philosophie de la société », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 88 | octobre 2008, mis en ligne le 09 décembre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rea.revues.org/1793

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page