Navigation – Plan du site
Articles

Les vraies causes de la disparité des revenus en RFA

Stefanie Wahl
Traduction de Isabelle Bourgeois
p. 27-34

Résumé

Les études et rapports sur la disparité croissante des revenus fleurissent outre-Rhin en cette longue période électorale qui s’étend des élections au Landtag de Hesse le 27 janvier 2008 (dont la constitution du gouvernement a été retardée jusqu’ici, les partis établis se refusant à sceller une coalition avec la nouvelle for­ma­tion marxiste Die Linke) jusqu’aux élections au Bundestag, programmées le 27 septembre 2009. Dans ce contexte, les débats se focalisent d’une part sur la con­traction de cette classe moyenne qui porte les valeurs « bourgeoises » au centre du modèle économique et social allemand (voir REA 84/07) et qui se sent gagnée au­jourd’hui par un profond malaise. Comme en France, elle voit son pouvoir d’achat en berne face à l’inflation, et est victime elle aussi en partie d’une percep­tion en porte-à-faux entre la hausse globale des revenus et son « vouloir d’achat » (Moati/Rochefort, 2008). Mais alors qu’en France, le débat reste centré dans l’en­semble sur la question générale du pouvoir d’achat, outre-Rhin, il porte sur le risque de déclassement et, surtout, de pauvreté frappant de plus en plus d’Alle­mands (voir REA 87/08). Cette concentration thématique obéissant à une straté­gie politique dont l’objectif est de forcer l’adoption d’un SMIC légal gé­néralisé, les analyses de l’évolution globale des revenus comme de la nette ex­tension de la catégorie des faibles revenus sont rarement objectives, bien qu’elles se nour­rissent la plupart du temps de données chiffrées incontestables, car scientifique­ment établies. C’est en effet l’interprétation des statistiques qui est faussée par les intentions des acteurs du débat.
Dans ce contexte, l’Institut für Wirtschaft und Gesellschaft (IWG, Bonn), avait pu­blié au début de l’été une étude sur « Les gagnants et les perdants » de l’évolu­tion des revenus au cours des dix dernières années. Elle propose une lecture structurelle, sociodémographique, des disparités croissantes observées, et ap­porte ainsi un peu plus d’objectivité et de sérénité dans le débat. Nous avons demandé à Ste­fanie Wahl, qui en est l’un des auteurs, de nous en exposer les principales con­clusions. (IB)

Haut de page

Texte intégral

Profond malaise des classes moyennes

Les allemands pensent ne pas profiter de la croissance…

1Au cours des deux dernières années, l’économie allemande a connu une crois­sance cumulée de plus de 5 %, le PIB a augmenté de 126 milliards € aux prix ac­tuels, et 1,5 million d’emplois ont été créés. Et pourtant, malgré cette évolu­tion positive, les Allemands sont d’humeur maussade, préoccupés par la peur du dé­classement social. A en croire par exemple un sondage réalisé en mai 2008 par l’institut ipos (Mannheim) pour le compte de la Fédération des banques alle­mandes, la moitié seulement (55 %) des personnes interrogées pense vivre dans une société prospère ; voici deux ans, ce taux était encore de 65 %. Au­jourd’hui, 40 % des sondés ne voient même aucune prospérité ; en 2006, les pessimistes n’étaient encore que 29 %. La mélancolie des Allemands s’explique par l’im­pression qu’ils ont de ne plus prendre part à la hausse du niveau maté­riel de la prospérité, ainsi que le révèle par exemple l’édition de juillet du baro­mètre ARD-Deutschlandtrend réalisé par l’institut infratest-dimap pour la pre­mière chaîne publique allemande : les trois quarts de la population affirment ne pas profiter de la croissance.

… et craignent pour leur pouvoir d’achat

2Ce pessimisme se nourrit de la forte hausse des prix de la plupart des biens es­sentiels, alors que les salaires et les pensions de retraite n’aug­mentent pas pro­portionnellement à l’inflation. Les Allemands aussi ont peur pour leur pouvoir d’achat : l’inflation inquiète au plus haut point 85 % des Alle­mands, à en croire le même baromètre. Et elle les amène à envi­sager l’avenir avec la plus vive in­quié­tude : 46 % d’entre eux pensent que leur situation maté­rielle se sera dété­riorée dans dix ans ; ce taux atteint même 52 % chez les plus de 60 ans.

Les classes moyennes redoutent un déclassement

3Depuis le lancement des réformes Hartz sur le marché de l’emploi à partir de la fin 2003, ces inquiétudes se diffusent aussi dans les classes moyennes. Désor­mais, non seulement plus de la moitié des faibles revenus, mais également 43 % des tranches moyennes de revenus se montrent pessimistes quant à l’avenir ; c’est ce qu’il ressort de la dernière édition du baromètre GMF réalisé par l’Institut IKG de l’Université de Bielefeld (Heitmeyer, 2008). La crainte d’être relégué au bas de l’échelle sociale atteint aujourd’hui largement les classes moyennes : elle affecte 50 % des sondés aux revenus moyens. L’écart s’est nettement réduit avec les catégories à faibles revenus, qui sont 65 % à redouter un déclassement, mais aussi avec les revenus supérieurs ; un tiers d’entre eux exprime la même crainte.

La répartition des revenus est ressentie comme injuste…

4Les Allemands sont donc de plus en plus nombreux à se montrer insatisfaits des réalités économiques et à les considérer comme injustes. Un sondage réa­lisé par l’Institut für Demoskopie d’Allensbach pour le compte de diverses fon­dations, dont la Fondation Bertelsmann (Vehrkamp/Kleinsteuber, 2007) révèle qu’un Alle­mand sur huit seulement considère comme juste ou équitable la répar­tition des revenus et du patrimoine. Près des trois quarts de la population estime qu’elle est injuste ; en 2005, la moitié seulement était de cet avis, et un bon quart la con­si­dérait comme juste. Dix ans auparavant, en 1995, ces deux opinions se répar­tis­saient encore à égalité.

… surtout dans les catégories moyennes et supérieures

5C’est dans les catégories moyennes et supérieures de revenus que l’insatis­fac­tion est la plus grande désormais, comme le montrent les dernières données de l’étude annuelle Sozio-Oekonomisches Panel (SOEP) menée par l’institut écono­mique DIW (2008). La part des sondés qui pensent que leur salaire est injuste a augmenté de 26 % dans les troisième, quatrième et cinquième déciles de l’échelle des revenus où, depuis 1992, elle est passée de 38 % à 48 %, de même que dans la catégorie allant du 6e au 10e décile, où elle a crû de 56 %, passant de 20 % à près de 32 %.

Perte de confiance dans l’économie sociale de marché

6Reflet de ce malaise, la confiance des Allemands dans leur modèle écono­mique – l’économie sociale de marché – tend à se réduire. Le sondage réali­sé par l’Institut für Demoskopie d’Allensbach montre ainsi que les Allemands ne sont plus que 31 % à penser du bien de l’économie sociale de marché. 38 % d’entre eux la considèrent désormais sous un angle négatif. Si à l’évidence, cela vaut surtout pour les Allemands de l’est (une large moitié d’entre eux), pour la pre­mière fois, en Allemagne de l’ouest aussi, la part des opinions né­gatives (35 %) dé­passe celle des opinions positives (34 %).

De plus fortes attentes envers les pouvoirs publics

7Parallèlement, les Allemands attendent plus des pouvoirs publics. La part de ceux qui réclament une intervention plus poussée de l’Etat dans la protection so­ciale est passée en deux ans de 43 % à 60 %, ainsi que le révèle le sondage de l’institut ipos pour la Fédération des banques allemandes. Aujourd’hui, un quart seulement des Allemands souhaite plus de marché. Alors que ces der­nières années, la part de ceux qui considèrent la garantie d’un bon niveau de protection et de confort social relève d’abord de la responsabilité de chacun ne cessait d’augmenter, on observe depuis 2006 une inversion de tendance. La part de ceux qui prônent l’apport individuel est tombée de 70 % à 62 % depuis. A l’op­posé, la part de ceux qui considèrent qu’il revient à l’Etat d’œuvrer pour le bien-être social est passée de 25 % à 31 % en deux ans

8Les mutations du marché de l’emploi dans le fil de la globalisation des activités, la hausse continue du coût de l’énergie, ainsi que les licenciements massifs au mo­ment où les bénéfices des entreprises s’envolent et que les salaires des diri­geants atteignent des proportions vertigineuses, tous ces éléments ont con­tribué à semer un doute profond dans la population. C’est dans les tranches inférieures et moyennes des revenus qu’il est le plus prononcé, comme le révèle l’étude de l’institut IKG de Bielefeld : près des trois quarts des foyers à faibles revenus et près des deux tiers des foyers à revenus moyens disent avoir perdu toute orien­tation dans un monde qu’ils ne reconnaissent plus.

La plus forte disparité des revenus est avant tout d’origine sociodémographique

9L’impression qu’ont les Allemands d’avoir perdu leurs repères, leur peur de subir un déclassement social ne se nourrissent pas seulement de leur situation éco­nomique et sociale individuelle. Elles sont entretenues bien plus encore par un ensemble de perceptions et d’appréciations négatives qui se diffusent dans l’opi­nion principalement via les médias. Or les présentations ainsi véhiculées sont à la limite de la caricature car elles reposent sur une vision partielle des faits et ne tiennent pas compte de l’ensemble des éléments à prendre en consi­dération. Cela vaut tout particulièrement pour la présentation de l’évolution des re­venus. La lecture indifférenciée qui en est faite dans l’espace public se con­centre presque exclusivement sur deux catégories de revenus : ces classes moyennes qui fondent comme peau de chagrin, ainsi que ces faibles revenus dont la part s’est considérablement accrue, et où on observe une forte hausse du nombre d’en­fants pauvres.

La disparité des revenus s’est accrue en dix ans…

10Il est vrai que, ces dernières années, l’écart s’est creusé au détri­ment des classes moyennes. L’étude SOEP fait apparaître que, entre 1996 et 2006, celles-ci ont ‘perdu’ 5,5 millions de personnes. Sur la même période, le nombre de personnes à faibles revenus a augmenté de 4,1 millions, dont 0,7 mil­lion d’enfants. Parallèle­ment, la tranche des hauts revenus a grossi elle aussi, bien qu’un peu moins, et compte désormais 2,1 millions de personnes de plus.

Evolution de la structure des revenus *) en Allemagne (1996-2006)

Revenus…

% du revenu médian mensuel

2006

1996

… supérieurs

> 200 % (>3 125 €)

9,2 %

6,4 %

150-200 % (>2 344 €)

11,3 %

11,6 %

… moyens

70-150 % (>1 094 €)

54,1 %

61,3 %

… faibles

60-70 % (> 938 €)

7,2 %

7,5 %

<60 % (= seuil de pauvreté : < 938 €)

18,3 %

13,2 %

Source des données : IWG Bonn, Von Verlierern und Gewinnern, 2008. *) Revenu net disponible par unité de consomma­tion, aux prix de 2008 = revenu du ménage rapporté au nombre de personnes (1 unité de consommation pour le premier adulte, 0,5 unité pour les personnes de plus de 14 ans, 0,3 pour les moins de 14 ans, selon l’échelle utilisée par l’OCDE, Eurostat, Destatis ou l’INSEE). NB : en 2006, le revenu médian mensuel était de 1 563 € (aux prix de 2008).

Structure sociodémographique de la population en RFA
comme des bas et hauts revenus (évolution 1996-2006)

% dans la population

% dans les revenus < 70 % du médian

% dans les revenus > 150 % du médian

2006

1996

2006

1996

2006

1996

De souche allemande

76,9

81,1

60,3

68,2

88,1

90,3

Issue de l’immigration

23,1

18,9

39,7

31,7

11,9

9,7

< 25 ans

25,8

27,1

35,8

37,4

16,5

16,0

25-64 ans

55,7

57,1

49,2

46,9

66,4

71,2

> 65 ans

18,5

15,8

14,9

15,6

17,0

12,9

Célibataire

18,4

16,6

22,0

20,4

16,3

14,8

Couple sans enfants

27,6

24,8

18,4

14,4

40,4

39,3

Couple avec enfants

44,2

47,6

41,7

46,0

40,2

37,7

Foyer monoparental

6,8

5,8

13,6

13,0

2,1

3,5

Autre

2,9

5,3

4,4

6,2

1,0

4,7

Source des données : IWG Bonn, Von Verlierern und Gewinnern – Die Einkommensentwicklung ausgewählter Bevölke­rungsgruppen in Deutschland, Bonn, juin 2008.

… principalement du fait des mutations démographiques

11L’analyse détaillée de ces données montre toutefois à quel point les conclu­sions qu’on en tire dans les virulents débats publics sont faussées : la fonte des classes moyennes ou leur déclassement dans l’échelle des revenus ne s’ex­plique que partiellement par le chômage ou une baisse des sa­laires. En effet, il y a d’autres causes, plus fondamentales, en premier lieu des­quelles les muta­tions qu’on ob­serve dans la structure démographique de l’Alle­magne.

Immigration et éclatement des structures familiales gonflent la catégorie des bas revenus

12Bien que la population allemande de souche se soit réduite de 2,8 millions d’in­di­vidus entre 1996 et 2006, la population totale recensée en Allemagne s’est ac­crue de 0,7 million de personnes. Car durant cette période, la part des habi­tants issus de l’immigration a augmenté de 3,5 millions. Or quand on considère ces deux catégories de population sous l’angle de la structure de leurs revenus, on observe de fortes disparités. Ainsi, la part des Allemands de souche a dimi­nué principalement dans les tranches moyennes de revenus alors que celle de la population issue de l’immigration a nettement augmenté dans les tranches les plus basses. La catégorie des faibles revenus s’est également accrue du fait de l’éclatement des structures familiales qui se traduit par un déclassement des foyers monoparentaux dans l’échelle des revenus. Enfin, dernier facteur d’expli­cation de la fonte des classes moyennes : l’ascension d’un nombre important d’Allemands de souche vers les catégories supérieures de revenus.

L’accroissement de la population à faibles revenus est imputable surtout aux immigrés et à leurs enfants, ainsi qu’aux familles monoparentales de souche allemande

La hausse du nombre de foyers à faibles revenus est imputable aux trois quarts à l’immigration

13Ces causes structurelles sont rarement prises en considération dans les débats publics outre-Rhin. Il en va de même d’un autre fait déterminant pour com­prendre la progression de la part des faibles revenus : l’insuffisante intégration de la popu­lation immigrée. En effet, en comparaison de la population de souche, on recense dans cette catégorie un plus faible taux d’activité, un plus fort taux de chômage, un faible niveau de qualification et une maîtrise lacunaire de la langue allemande, pour n’évoquer que les principaux traits structurels. Ainsi, sur les 3,5 millions de personnes qui sont venues entre 1996 et 2006 grossir les rangs de la population issue de l'immigration, plus de 2,9 millions (83 %) figurent en 2006 dans la caté­gorie des plus faibles revenus. Les 17 % restants appartenaient tous à celle des revenus supérieurs. Pour le dire autre­ment : la hausse du nombre de foyers à faibles re­venus recensés outre-Rhin (4,1 millions en 2006) est imputable à près des trois quarts à l’immigration.

Evolution de la structure des revenus
dans la population issue de l’immigration en RFA ( 1996-2006)

Evolution de la structure des revenusdans la population issue de l’immigration en RFA ( 1996-2006)

Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).

La hausse des faibles revenus affecte presque toutes les familles immigrées…

14Si on considère les 2,9 millions d’immigrés à faibles revenus qui se sont instal­lés en Allemagne entre 1996 et 2006 sous l’angle de la structure des foyers, on s’aperçoit que les couples avec enfants en constituent les deux tiers (2 millions de per­sonnes). En un mot : ces familles immigrées additionnelles se situent presque en totalité dans la catégorie des faibles revenus.

Evolution de la situation des revenus des familles issues de l'immigration en RFA (1996-2006)

Evolution de la situation des revenus des familles issues de l'immigration en RFA (1996-2006)

Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008)

… et leurs enfants

15Cette tendance est plus prononcée encore chez les enfants de ces couples immi­grés ; leur nombre a augmenté de 400 000 en dix ans. Or près de 600 000 en­fants issus de l’immigration, soit nettement plus de 100 % de ceux-là, sont venus grossir le groupe des bas revenus. 20 000 seulement se classent dans les hauts revenus. Durant la même période, dans les revenus moyens, le nombre d’enfants issus de l’immigration s’est réduit de 200 000.

Evolution des enfants d’immigrés sur l’échelle des revenus en RFA (1996-2006)

16Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).

17Cela signifie que la progression si souvent incriminée de la pauvreté chez les en­fants est en réalité une consé­quence directe d’une mauvaise intégration des en­fants d’immigrés : la hausse du nombre d’enfants dans la catégorie des bas re­ve­nus les concerne à 82 %, et seulement à 18 % les enfants de souche allemande.

Faibles revenus : un nombre croissant de familles monoparentales

18Outre les immigrés et, dans ce groupe, les familles avec enfants, ce sont égale­ment les familles monoparentales de souche allemande qu’il convient de consi­dérer comme les perdants dans l’évolution des revenus. Car souvent, la sépara­tion des parents se traduit par le déclassement de tous les membres de la famille puisque la création de deux nouveaux foyers mène, à revenus généra­le­ment équivalents, à une hausse des dépenses pour le père et la mère. En 2006, plus d’un foyer monoparental sur deux appartient ainsi à la catégorie des faibles revenus. En dix ans, le nombre de familles monoparentales de souche alle­mande s’est accru de 900 000 ; 91 % de ceux-ci (800 000 foyers) se situent dans les bas revenus.

Evolution des familles monoparentales de souche allemande sur l’échelle des revenus (1996-2006)

Evolution des familles monoparentales de souche allemande sur l’échelle des revenus (1996-2006)

Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).

19En d’autres termes : les familles monoparentales de souche allemande ont contri­bué à hauteur de 73 % à grossir la part des foyers de souche allemande dans le segment des bas revenus (ils sont aujourd’hui 1,1 million).

Gagnants dans l’évolution des revenus : les familles
traditionnelles de souche allemande et les plus de 64 ans

20Contrairement à ce que laissent entendre les arguments exposés dans les débats publics, les familles traditionnelles avec enfants de souche allemande font partie des gagnants dans l’évolution des revenus.

Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).


Les enfants des couples de souche allemande ont bénéficié de l’ascenseur social

21Dans la population allemande, ce groupe s’est réduit depuis 1996, perdant 4,6 millions d’individus. Or si cette diminution s’est effectuée essentiellement dans la catégorie des revenus moyens, elle coïncide, du moins arithmétiquement, avec une hausse dans celle des revenus supérieurs. Ainsi, sur les 2,1 millions de per­sonnes qui sont entrées dans cette dernière catégorie au cours de la décennie, 52 % (1,1 million) sont des couples de souche allemande avec enfants. Autre­ment dit, à l’opposé des enfants d’immigrés, les enfants des couples de souche allemande ont, eux, bénéficié de l’ascenseur social. Et ce sont eux, selon toute vraisem­blance, qui se partagent l’essentiel de ces quelque 23 milliards € de reve­nus dont disposaient en 2007 les 6 à 19 ans, à en croire une étude de l’institut munichois Iconkids & Youth.

Evolution des enfants des couples de souche allemande
sur l’échelle des revenus en RFA (1996-2006)

Evolution des enfants des couples de souche allemandesur l’échelle des revenus en RFA (1996-2006)

Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).

Aujourd’hui, 4 seniors sur 5 dans les tranches de revenus moyennes et supérieures

22Parmi les gagnants figurent en outre incontestablement les plus de 64 ans. Les causes en sont principalement une plus large couverture des femmes par le ré­gime légal des retraites, l’augmentation des retraites des salariés est-allemands après l’Unité, l’importance croissante des régimes privés de retraite comme des retraites d’entreprise, ainsi que la hausse du patrimoine financier et immobilier des plus âgés. Ainsi, sur cinq Allemands ayant franchi l’âge de 64 ans entre 1996 et 2006, deux entrent aujourd’hui dans la catégorie des revenus supérieurs, deux autres dans celle des revenus moyens et un seulement dans celle des faibles revenus.

Evolution des plus de 64 ans sur l’échelle des revenus en RFA (1996-2006)

Evolution des plus de 64 ans sur l’échelle des revenus en RFA (1996-2006)

Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).

23L’enseignement à tirer de ces évolutions structurelles est simple. L’iné­ga­lité des revenus continuera de s’accroître aussi longtemps que, dans les milieux politiques comme dans l’espace public, ces évolutions seront considérées ex­clu­sivement comme un problème socio-économique et non pas aussi et avant tout comme un défi socio-démographique. Tant que les immigrés ne seront pas plei­nement intégrés à la fois dans le marché du travail et dans le système édu­catif, chaque vague d’immigration viendra inéluctablement grossir les rangs des faibles revenus. Et l’ascenseur social sera de plus en plus largement réservé aux Alle­mands de souche, une cohorte en baisse constante, ce qui gonflera la catégorie des hauts revenus et continuera à contracter les classes moyennes.

24L’évolution sociodémographique constitue un défi politique pour l’Allemagne. Pour contenir l’écartement de la fourchette des revenus et préserver le lien social, il convient avant tout de concevoir et de mettre en œuvre une politique démogra­phique globale dont le pivot doit être une politique d’intégration assu­mée. Il s’agit maintenant de réparer les erreurs du passé. Jusqu’à récemment, la mémoire de la sinistre pratique sous le régime national-socialiste nourrissait le rejet quasi una­nime de toute politique démographique, y compris sous l’angle d’une politique d’immigration ciblée. Pour la même raison, on se refusait long­temps à considérer que ce qui, dans toute société, construit le lien social, c’est un niveau minimal d’identité culturelle et que, de ce fait, tout immigré est tenu d’apprendre la langue comme de se plier au droit et aux normes comporte­mentales du pays d’accueil.

25Cette nouvelle approche de la politique démographique doit avoir pour corol­laire un effort accru en matière de qualifications, de soutien à la constitution d’un patrimoine, de même qu’elle doit s’accompagner d’un changement dans les men­talités et les comportements pour générer une approche plus respec­tueuse des intérêts de la collectivité. Car la multiplication des familles mono­parentales accroît le nombre des personnes à faibles revenus. Aucune politique publique de trans­ferts ne saura y remédier, tout au plus pourra-t-elle atténuer à la marge les effets de ces mutations. De plus, une telle politique impliquerait que la collectivité gé­nère des moyens de plus en plus conséquents, mais ces moyens feraient alors défaut dans d’autres domaines eux aussi prioritaires.

26Pour éviter une telle dérive et réduire en même temps l’inégalité des revenus, il n’y a qu’une voie : recréer l’équilibre entre les intérêts des particuliers, des fa­milles et de la collectivité. Mais alors qu’en Allemagne, les milieux politiques comme l’opinion commencent à prendre plus clairement conscience du carac­tère incontournable d’une politique d’intégration affirmée, le changement de mentalité que requiert pourtant le défi sociodémographique est loin encore de s’esquisser, malgré quelques frémissements isolés.

Haut de page

Bibliographie

ARD-Deutschlandtrend, 3 juillet 2008 (www.wdr.de)

Brücker H., Ringer S., « Ausländer in Deutschland. Vergleichsweise schlecht qualifi­ziert », IAB-Kurzbericht, n° 1/2008

Bundesverband deutscher Banken, Wirtschaftsstandort 2008 – Ergebnisse einer re­präsentativen Meinungsumfrage im Auftrag des Bundesverbandes deutscher Banken, Berlin, 2008

destatis, Familienland Deutschland, Begleitmaterial zur Pressekonferenz, 22 juillet 2008 (www.destatis.de)

Destatis, « Jede vierte Familie in Deutschland hat einen Migrationshintergrund », com­muniqué, 5 août 2008 (www.destatis.de)

Grabka M. M., FRICK J., « Schrumpfende Mittelschicht – Anzeichen einer dauerhaften Polarisierung der verfügbaren Einkommen ?  », DIW-Wochenbericht, n° 10, mars 2008

Heitmeyer W., Hütting S., « Auf dem Weg in eine inhumane Gesellschaft – Die Ab­stiegsangst hat die Mittelschicht gepackt – mit gefährlichen Folgen für das soziale Kli­ma », Süddeutsche Zeitung, n° 243, 21/22 octobre 2006

Heitmeyer W. (ed), Deutsche Zustände, vol. 1-6, Francfort/Main, 2002/08

« Kids : Immer mehr Geld, aber kaum mehr Ausgaben », 8 juillet 2008 (www.iconkids.de)

« Les niveaux de vie en 2006 », INSEE Première, juillet 2008 (www.insee.fr)

Miegel M., Wahl S., Schulte M., Von Verlierern und Gewinnern – Die Einkommens­ent­wicklung ausgewählter Bevölkerungsgruppen in Deutschland, Institut für Wirtschaft und Gesellschaft Bonn, Bonn, juin 2008

Moati P., Rochefort R., Mesurer le pouvoir d’achat, Conseil d’analyse économique, rapport, 2008 (www.cae.gouv.fr)

SOEP/DIW, Sozio-Oekonomisches Panel/Deutsches Institut für Wirtschaftsfor­schung, Sonderauswertung für das IWG BONN, Berlin, 2008

Vehrkamp R. B., Kleinsteuber A., Soziale Gerechtigkeit 2007 – Ergebnisse einer reprä­sentativen Bürgerumfrage, Gemeinschaftsinitiative der Bertelsmann Stiftung, Heinz Nix­dorf Stiftung und Ludwig-Erhard-Stiftung, Gütersloh, 2007

« 25 Wellen Sozio-oekonomisches Panel », DIW-Vierteljahrshefte zur Wirtschaftsfor­schung, n° 3/2008

Haut de page

Table des illustrations

Titre Evolution de la structure des revenusdans la population issue de l’immigration en RFA ( 1996-2006)
Crédits Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/1433/img-1.png
Fichier image/png, 3,3k
Titre Evolution de la situation des revenus des familles issues de l'immigration en RFA (1996-2006)
Crédits Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008)
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/1433/img-2.png
Fichier image/png, 3,7k
Titre Evolution des familles monoparentales de souche allemande sur l’échelle des revenus (1996-2006)
Crédits Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/1433/img-3.png
Fichier image/png, 3,7k
Crédits Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/1433/img-4.png
Fichier image/png, 3,4k
Titre Evolution des enfants des couples de souche allemandesur l’échelle des revenus en RFA (1996-2006)
Crédits Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/1433/img-5.png
Fichier image/png, 3,3k
Titre Evolution des plus de 64 ans sur l’échelle des revenus en RFA (1996-2006)
Crédits Source des données : IWG Bonn/SOEP/DIW (2008).
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/1433/img-6.png
Fichier image/png, 3,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefanie Wahl, « Les vraies causes de la disparité des revenus en RFA », Regards sur l'économie allemande, 88 | 2008, 27-34.

Référence électronique

Stefanie Wahl, « Les vraies causes de la disparité des revenus en RFA », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 88 | octobre 2008, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rea.revues.org/1433 ; DOI : 10.4000/rea.1433

Haut de page

Auteur

Stefanie Wahl

Ste­fanie Wahl en est l’un des auteurs de l’étude sur « Les gagnants et les perdants » de l’évolu­tion des revenus au cours des dix dernières années, publié par l’Institut für Wirtschaft und Gesellschaft (IWG, Bonn) en juin 2008.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page